Aller à la navigation Aller au contenu

Fondation

Larryachiampong pan african flags 003

Larry Achiampong: PAN AFRICAN FLAGS FOR THE RELIC TRAVELLERS’ ALLIANCE

  • Événement
  • Art contemporain
  • Art public

Lieux variés à travers Montréal Petite-Bourgogne, Saint-Henri, Saint-Michel, Montréal-Nord, Parc-Extension, Mile End

Emplacements
• 1745, rue Fleury
• 2586, rue Jarry
• Parc de Lestre
• rue Notre-Dame, près de Saint-Rémi
• station de métro Lionel Groulx
• rue Beaubien / Saint-Hubert

Ce projet d’art public est une itération de l'œuvre PAN AFRICAN FLAGS FOR THE RELIC TRAVELLERS’ ALLIANCE qui, au courant des années a pris plusieurs formes de signalétique, telles que les drapeaux et enseignes de métro.

Pour cette version à Montréal, le projet prend la forme d’affiches qui se retrouvent dans les quartiers de la Petite-Bourgogne, Saint-Henri, Saint-Michel, Montréal-Nord, Parc-Extension et Mile End.

La série de drapeaux PAN AFRICAN FLAGS FOR THE RELIC TRAVELLERS’ ALLIANCE (2017-2021) explore un langage visuel unique créé par Larry Achiampong à des thèmes reliés à l’identité diasporique africaine. Les étoiles représentent les cinquante-quatre pays de l’Afrique. La couleur verte représente la Terre, le noir, son peuple et le rouge, les luttes traversées par le continent, alors que le jaune anticipe un nouvel avenir et la prospérité pour l’Union panafricaine. Si les drapeaux servent habituellement à représenter et à promouvoir une identité nationale, Achiampong s’approprie cette forme dans le but d’unifier les nations.

Biographie

Larry achiampong portrait emile holba
Photo: Emile Holba

Larry Achiampong
Dans ses projets individuels et collaboratifs, Larry Achiampong recourt à l’imagerie, aux archives visuelles et sonores, à la performance en direct et au son pour explorer les notions d’identité de classe et d’identité interculturelle et postnumérique. À travers ses œuvres, qui examinent son héritage personnel et collectif – en particulier, l’articulation entre la culture populaire et la position postcoloniale –, Achiampong fouille les coffres de l’histoire. Ses recherches examinent les constructions du «soi» en mettant en commun le matériel sonore et visuel d’archives personnelles et interpersonnelles, offrant des perspectives multiples qui révèlent les contradictions sociopolitiques de la société contemporaine.

Achiampong a obtenu un baccalauréat en arts visuels de l’Université de Westminster en 2005, et une maîtrise en sculpture de la Slade School of Fine Art en 2008. En 2020, il a reçu une bourse de la Stanley Picker Gallery de Londres, après s’être vu décerner, en 2019, un prix de la Paul Hamlyn Foundation en reconnaissance de son travail artistique. Il vit et travaille dans l’Essex et a enseigné au programme de maîtrise en photographie au Royal College of Art de 2016 à 2021. Il a été présélectionné pour le prix Jarman en 2021. Achiampong siège actuellement au conseil d’administration d’Iniva (l’Institute of International Visual Arts), voué à la formation de politiques artistiques au Royaume-Uni et à l’international. Il est également membre du conseil d’administration d’Elephant Trust. Achiampong est représenté par C Ø P P E R F I E L D.

Exposition reliée

Plus d'événements

Ciela Outrances experienceaudioimmersif IMG5
Expérience Poésie

Ciel à outrances

17 févr. 29 mai

Ciel à outrances est un voyage audio-immersif captivant de 45 minutes de cinq histoires fictives en marge des événements du 11 septembre 2001 conçu et mise en scène par l'artiste multidisciplinaire Brigitte Poupart

Eternal Darkfield Radio Cover
Expérience Immersion

ÉTERNELLE

17 févr. 29 mai

Présentée pour la première fois au Canada, ÉTERNELLE est une expérience audio immersive pour une personne, seule dans un lit

Superheros PGLO
Exposition Communauté

Collabo

Pouvoir

16 mars 5 juin

Un projet à plusieurs volets composé de dessins, de textes, d’affiches et du puissant et émouvant court-métrage documentaire Pouvoir, réalisé par Paul Tom

PHI Centre Techno World WEBCOVE Rcrop
Exposition Musique

TECHNO WORLDS

13 mai 19 juin

Une exposition à la croisée de la musique, de l’art, de la pop, des médias et des technologies en lien avec la scène techno multiforme, aux genres et aux projets politiques issus des sous-cultures des années 1980 à aujourd’hui et retrace les processus d’appropriation culturelle et économique