Aller à la navigation Aller au contenu

Home

Lee bae 008 1280x853
Lee Bae dans son atelier. Photo: André Morin.

Le geste exprime le temps, le mouvement ravive la mémoire: l’art performatif de Lee Bae

  • Essai
  • Arts visuels
  • Fondation PHI
Par  Amanda Beattie

La joie, la bonté, le deuil
tout s’étiole en un clin d’œil,
l’émotion passe en un instant,
comme la fugace caresse du vent.
— Edwin Denby [1]

Grand poète, auteur et critique américain, Edwin Denby a signé maints écrits sur la danse en trente ans de carrière, au milieu du 20e siècle. Il s’intéressait tout particulièrement à la chorégraphie sans intrigue, concept qui était aussi au cœur de l’œuvre du chorégraphe George Balanchine. Par la plume pour l’un, par la danse pour l’autre, Denby et Balanchine cherchaient à démocratiser l’approche artistique par la simplicité et la pureté.

Plusieurs raisons expliquent que Denby et Balanchine viennent à l’esprit quand on étudie l’œuvre de Lee Bae: l’esthétique du minimalisme et de la simplicité dans l’utilisation du charbon, sans doute l’un des médiums artistiques les plus modestes et les plus accessibles; l’importance accordée à la gestuelle chorégraphiée, répétée et mémorisée; le fort rapport au passage du temps, qu’il s’agisse d’une trace de charbon dans une performance, d’une émotion éphémère comme dans l’extrait du poème de Denby, ou encore de l’ondulation des corps dans une chorégraphie de Balanchine. «Quand je travaille avec ma brosse et mon corps, je travaille avec le temps. C’est la chose la plus importante. Le geste exprime le temps [2]», explique Bae. À son avis, le temps va inexorablement de l’avant, tout en se répétant en boucle, tel le monde naturel qui lui tient tant à cœur. Le temps se compose de mouvements répétés, remontant le fil de la mémoire jusqu’à ses origines.

Leebae sanstitre 2019 001 853x1280
Lee Bae, Sans titre (détails), 2019. Avec l’aimable permission de l’artiste et de la galerie Perrotin. Photos: Guillaume Ziccarelli.

D’un grand élan naît alors un trait. Puis un autre – est-ce le même? – et encore un autre, dans une boucle de synergie infinie. Le corps reproduit le geste précédent et poursuit le mouvement, en le perfectionnant. Dans une chorégraphie de formes jaillissent des traits. Des traits sans prétention qui feignent la spontanéité, mais qui sont toujours le fruit d’années de travail, de réflexion et de mémorisation. Voilà toute la beauté et la complexité de Sans titre (2019), faite de charbon sur papier. Imposante, l’œuvre d’environ 260 x 190 cm présente la douce exploration du mouvement et de la forme que rend possible le charbon pur. Bae crée des dizaines d’esquisses chaque matin, sans la moindre planification, en laissant son corps s’exprimer et reproduire les gestes qu’il a mémorisés. Par la suite, l’artiste choisit le geste qui lui plaît davantage et retrace le dernier trait d’un mouvement franc. Toujours inspirée du temps et de la mémoire, la série dont fait partie Sans titre met en lumière la légèreté unique du charbon.

Leebae sanstitre 2019 002 853x1280
Lee Bae, Sans titre (détails), 2019. Avec l’aimable permission de l’artiste et de la galerie Perrotin. Photos: Guillaume Ziccarelli.

Que ce soit en choisissant des arbres à brûler pour Issu du feu (2018), en assemblant des répliques sculpturales des kakis de son enfance pour Sans titre (1999) ou en créant des paysages au charbon comme Landscape cn13 (2001), l’artiste use toujours de la répétition, du mouvement et de la mémoire qu’en garde le corps. Tels Denby et Balanchine qui célébraient la pureté du mouvement sans la distraction d’une histoire, Bae se penche sur le geste avant de considérer le concept. Son processus, en pensée et en action, est aussi inébranlable que sa dextérité manuelle; et que sa conviction profonde que le geste exprime le temps et que le mouvement ravive la mémoire.

Mouvements

L’outil Mouvements: Lee Bae est conçu par l’équipe de l’éducation à la Fondation PHI afin d’encourager les visiteurs à développer en profondeur certains concepts clés explorés par l’exposition Lee Bae: UNION.

Bibliographie

[1] Edwin Denby, «During Music», Poetry: A Magazine of Verse, vol. 18, no 3 (juin 1926), 142. [Version originale en anglais, traduction libre dans le texte.]
[2] «Interview with Lee Bae», Lee Bae, éd. Lóránd Hegyi et Henri-François Debailleux (Milan: Skira, 2011).

Explorer

Marc Quinn The Selfish Gene 2007 a3 1
Exposition Art contemporain

Marc Quinn

5 oct. 6 janv.

Réunissant plus de quarante œuvres récentes, l’exposition inaugurale de DHC/ART consacrée à l’artiste conceptuel Marc Quinn est la plus importante organisée à ce jour en Amérique du Nord et la première exposition individuelle de l’artiste au Canada

Re enactments feature
Exposition Art contemporain

Re-constitutions

22 févr. 25 mai

Six artistes présentent ici des œuvres qui, chacune à leur manière, remettent en scène des films, des spectacles médiatiques, des éléments puisés dans la culture populaire et, dans un cas particulier, des moments privés tirés du quotidien

Survivre feature
Exposition Art contemporain

Survivre au temps

16 oct. 22 nov.

L’exposition inaugurale de Session DHC, Survivre au temps, réunit une sélection de documents relatifs à l’œuvre One Year Performances du célèbre performeur taiwano-américain Tehching Hsieh et les films du jeune artiste néerlandais Guido van der Werve

Tout explorer Tout explorer