Aller à la navigation Aller au contenu

Fondation

Re enactments feature 1280x935
Kerry Tribe, Here & Elsewhere, 2002

Re-constitutions

  • Exposition
  • Art contemporain
Voir l'addresse sur Google Map

Fondation PHI 451 et 465 rue Saint-Jean
Montréal, Québec H2Y 2R5

Mercredi au dimanche:
de 11h à 18h

Entrée libre

Nancy Davenport, Stan Douglas, Harun Farocki, Ann Lislegaard, Paul Pfeiffer, Kerry Tribe

Commissaire

Les artistes ont la liberté de piller, de contester, d’évoquer ou de réorganiser la culture dans ses innombrables formes, comme s’il s’agissait d’autant de sources et d’archives. Une bonne part de l’art contemporain cite des textes culturels établis – provenant, entre autres, de la culture populaire et de l’histoire de l’art, du cinéma et de la performance –, se les approprie, les réinvente ou les revisite. L’objectif est de générer, à partir de ces sources, de nouvelles significations et une pertinence actualisée, souvent en réitérant leur valeur sous forme d’hommage ou en démontant leurs prétentions sous forme de critique, mais toujours en les détournant vers des horizons nouveaux et mystérieux.

Dans sa manifestation populaire, la reconstitution prend habituellement la forme de reconstructions en direct d’événements militaires exécutées par des fervents. Dans le milieu de l’art, nous avons été témoins de plusieurs reconstructions, basées sur la performance, d’importants événements artistiques des années 1960 et 1970, dont la mise en scène la plus fascinante a peut-être été celle signée par Marina Abramovic avec Seven Easy Pieces (2005), dans la rotonde du Guggenheim. Sur un front plus politique, The Battle of Orgreave (2001) de Jeremy Deller remettait en scène un épisode notoire de l’histoire du travail au Royaume-Uni, opposant des mineurs sur une ligne de piquetage et des policiers thatchéristes, dans une reconstitution historique complexe, filmée par le réalisateur Mike Figgis.

Reconstituer c’est répéter, signer à nouveau et recycler tout à la fois. C’est faire acte de foi envers l’illusion de l’originalité absolue, avec les complications liées à la paternité et à la propriété intellectuelle qui l’accompagnent, et c’est céder à «l’angoisse de l’influence». Reconstituer sur le mode critique, comme le font tous les artistes dans la présente exposition, c’est insuffler à un texte culturel une vie nouvelle, dans une tentative d’offrir une expérience esthétique et politique renouvelée. Ces gestes sont reliés et remontent aux traditions du collage, du photomontage, de l’objet trouvé et du ready-made, incluant des séquences trouvées et des prélèvements de récits visuels ou «time ready made».

Re-constitutions se compose d’une série de «ré-animations»inspirées de différents films et spectacles télévisuels. Ces manifestations résultent d’une étude et d’un travail sur les artefacts culturels qui les ont nourries. Elles reconnaissent leur héritage et leur dette, tout en pointant en direction des médias comme source de mémoire collective. La présente exposition met également en évidence la difficulté de départager nos propres pensées du tissu vaste et complexe constitué par des textes, des discours et des souvenirs culturels étroitement liés.

Six artistes présentent ici des œuvres qui, chacune à leur manière, remettent en scène des films, des spectacles médiatiques, des éléments puisés dans la culture populaire et, dans un cas particulier, des moments privés tirés du quotidien. Certains travaux proposent des objectivations audacieuses de notre monde saturé d’images, alors que d’autres déclenchent une confusion poétique entre mémoire, faits et fiction. En abordant de manière frappante et inventive des enjeux liés à la politique, au spectacle et à la subjectivité, ces relectures de produits ou d’événements culturels passés posent des questions impérieuses sur le présent.

Deux œuvres présentées dans l’exposition ont comme source d’inspiration Jean-Luc Godard: Kerry Tribe utilise son chef-d’oeuvre télévisuel France/Tour/Détour/Deux/Enfants, co-réalisé avec Anne-Marie Miéville, comme point de départ pour son installation à double écran Here and Elsewhere, alors que la célèbre séquence de travelling dans le film du cinéaste intitulé Week-End sert de base au Weekend Campus de Nancy Davenport.

Davenport renvoie également à des figures importantes du début de l’histoire du cinéma, soit les frères Lumière et Georges Méliès, dans Workers (Leaving the Factory) (Travailleurs [Au sortir de l’usine]), un regard spéculatif à écrans multiples sur le travail et la mondialisation. Inconsolable Memories, l’installation filmique de Stan Douglas qui fait appel à deux projecteurs et à un seul écran, a recours au classique du cinéma cubain Memorias del subdesarrollo comme fondement. De toute évidence, ces œuvres ne sont pas des remakes dans le sens hollywoodien, mais des études critiques qui déploient judicieusement certains des attributs ou caractéristiques structurels des originaux qui les ont inspirées, mais à des fins férocement différentes.

Un événement sportif connu, diffusé à la télévision, et le monde du divertissement nourrissent les trois projets présentés respectivement par Harun Farocki et Paul Pfeiffer. Deep Play de Farocki soumet la finale de la Coupe du monde de 2006 à une étonnante vivisection formelle, scientifique et statistique dans douze projections vidéo synchronisées en temps réel. Michael Jackson constitue le sujet de deux œuvres de Paul Pfeiffer: Live Evil (Bucharest) (Mal en direct [Bucarest]), une image presque inversée de Michael Jackson en spectacle, et Live From Neverland (En direct de Neverland), une installation portant sur le procès de maltraitance à enfant intenté contre la star du pop.

Bien qu’elle ne s’inspire pas directement d’un texte provenant du cinéma ou de la télévision, l’oeuvre I-You-Later-There d’Ann Lislegaard évoque néanmoins avec force l’expérience filmique. La reconstitution dont il est ici question est celle d’une vie projetée de manière abstraite sur une surface rectangulaire faite de lattes de bois, qui devient une scène ou un écran.

Comme c’est le cas pour une bonne part des arts médiatiques, les œuvres présentées sont emprisonnées dans des boucles qui se rejouent sans cesse. Cet aspect répétitif, qui permet d’entrer dans l’oeuvre à tout moment, ne privilégie pas un récit cathartique linéaire. Nous sommes plutôt confrontés à des œuvres fragiles, ouvertes, qui posent structurellement comme postulat le cycle inévitable du report et de l’indécidabilité en tant que modèle théorique par lequel nous pouvons observer les nombreux enjeux abordés par ces œuvres aussi bien que les expériences plurielles du monde.

Biographies

Cielaoutrances Cover
Expérience Poésie

À venir

Ciel à outrances

17 févr. 15 mai

Ciel à outrances est un voyage poétique de 45 minutes composé de cinq histoires entrelacées. L’expérience vous fera traverser un espace multisensoriel et onirique

SERPENTWITHFEET Site Web
Performance Musique

Liste d'attente

serpentwithfeet

19 févr.

L'artiste new-yorkais est ravi de présenter son nouvel album DEACON sur la scène du Centre PHI – avec Apollo Mighty en première partie.