Aller à la navigation Aller au contenu

Home

NBS Studio YF ROSE header
L’artiste YF ROSE, NBS Studio, Crédit: JNL

NBS Studio: un devoir de son

  • Article
  • Musique
  • Subculture
  • Centre PHI
Par  Michael Lipset

Le portail_PHI, une installation participative transfrontalière, est apparu au rez-de-chaussée du Centre PHI au printemps 2020, et pour sa première programmation, NBS Studio de Côte-des-Neiges a été convié à des sessions d’écoute avec de jeunes artistes d’autres villes, comme Milwaukee et la ville de Mexico. La deuxième saison, qui s’est déroulée pendant le deuxième confinement à Montréal en lien avec la pandémie mondiale, a donné lieu à des connexions intimes, sans public, puis à la série vidéo Les artistes sont présents. C’est dans le contexte de cette série que nous avons invité Michael Lipset à s’entretenir avec quelques-uns des artistes de NBS Studio.

Lorsque j'ai déménagé à Montréal pour commencer un doctorat sur le hip-hop comme agent de changement social, j’ai visité No Bad Sound Studio (NBS) avant même de me rendre sur mon site de recherche. La réputation de NBS et de sa programmation par les jeunes et pour les jeunes a pris le dessus. Il en a été de même lorsque je suis revenu à Montréal pour passer cet hiver de pandémie. J'ai pris contact avec un ami, l'artiste hip-hop multidisciplinaire Jai Nitai Lotus, directeur du studio No Bad Sound, pour voir si je pouvais y faire un tour. Il m'a invité sans réserve, mais avec des instructions strictes pour respecter leurs directives COVID. C'est au cours de cette visite que j'ai vécu un moment de magie marquant.

NBS Studio Kamino
L'artiste Kamino, NBS Studio, Crédit: JNL

Nous sommes entrés dans le studio d'enregistrement où j'ai vu Yama Sato, un jeune artiste, producteur et ingénieur du son dont les compétences avaient été forgées entre les murs muets de No Bad Sound. Il travaillait dans l'une des stations d'enregistrement du studio, manipulant des équipements aux normes de l'industrie pour atteindre le résultat qu’il recherchait. De tous les programmes dont j'ai été témoin au cours de ma carrière dans les arts et l'éducation, No Bad Sound est le plus unique. Je pars souvent en me demandant comment cette petite opération, comprenant deux pièces au sous-sol d'un modeste centre communautaire au cœur du quartier le plus diversifié de Montréal — Côte-des-Neiges — a pu produire à plusieurs reprises des artistes hors pair.

Pour le savoir, j'ai interviewé trois artistes: Yama Sato, Kamino et XLOWW. Ces trois jeunes aident à faire fonctionner le studio sous la direction de Nitai. Pendant une heure, les trois ont répondu à mes questions, m'ont dit comment, tel qu’exprimé par Yama Sato, il n'y a «aucune censure, aucune limite», et selon les dires de XLOWW, «on se sent chez soi».

Les trois ont décrit leur propre apprentissage et m'ont montré que le secret du succès de No Bad Sound résidait dans la combinaison de la communauté des jeunes, de la Maison des Jeunes de Côte-des-Neiges, des studios à la pointe de la technologie et de la riche histoire du programme en matière de mentorat. Ensemble, ces ingrédients fournissent un espace qui valorise l'excellence, élève l'expérimentation et cultive la virtuosité sans échange d'argent. Parmi les jeunes de No Bad Sound, la connaissance est le pouvoir et la devise.

Download 2

«On se sent chez soi.»

XLOWW

Une riche tradition

Une riche tradition d'apprentissage et de développement de personne à personne a toujours fait partie de No Bad Sound. Le studio, créé par Lou Piensa, Butta Beats, Vox Sambou et le DJ Syde en 2007, a depuis produit une pléthore d'artistes bien connus. Parmi eux figurent DR. MAD, l'un des DJ les plus recherchés de Montréal, et le jeune Bronko. DR MAD et son ancien mentor, Lou Piensa, ont ensuite cofondé les désormais internationales Loop Sessions. DR MAD est également l'un des mentors de Yama Sato, ayant travaillé à NBS pendant quelques années et revenant à l'occasion pour se faire enregistrer sur place, ce qui a contribué à la naissance de son propre parcours créatif.

Cet apprentissage de personne à personne se retrouve aujourd'hui dans la culture de soutien par les jeunes et pour les jeunes privilégié par le studio. Les participants d'aujourd'hui disent que travailler ensemble est un partage des connaissances. «Comme je dois mixer [d'autres artistes], j'ai commencé à écouter les différentes choses qu'ils font et à les intégrer dans mon propre art», a déclaré Kamino. Le partage des styles et des compétences produit une aisance nécessaire au processus artistique. Selon XLOWW, «il est important de trouver des endroits comme les studios de NBS où tu peux échanger en temps réel avec le producteur sur place». Cette aisance permet à des artistes comme XLOWW, Kamino et Yama Sato de s'engager plus volontiers dans l'inconfort et la critique.

Concernant la politique de non-censure du studio, Sato se prononce: «Si tu fais quelque chose de bizarre, voyons jusqu'où tu peux aller». Les jeunes de NBS savent quand quelque chose fonctionne et quand il faut dire à quelqu'un si c’est bizarre. Sans aucune condition liée à leur créativité, si ce n'est l'attente qu'ils transmettent les connaissances acquises, les jeunes de NBS repoussent leurs limites et celles des autres vers des territoires inexplorés, en encourageant les bons coups et en s’extirpant mutuellement des limites qui ne fonctionnent pas.

Infolettre

Un pour les nouvelles
Deux pour la culture

Yama Sato 3

«Si tu fais quelque chose de bizarre, voyons jusqu'où tu peux aller.»

Yama Sato

Sérieux à ce sujet

Cette exploration permet aux artistes d'atteindre la parité entre des variables artistiques qui peuvent sembler discordantes. Lorsqu'on leur a demandé de décrire ce qu'ils appréciaient dans le travail de l'autre, Kamino, Yama Sato et XLOWW ont mis en avant la capacité de leurs pairs à faire des choses «bizarres» de manière attrayante. Ils ont reconnu que la diversité de Côte-des-Neiges contribuait à la créativité du studio, qui favorise le mélange de cultures et de langues diverses, les risques et les récompenses. Yama Sato explique ce mélange par «des mélodies différentes et aussi des histoires différentes».

Les gens qui viennent de cultures différentes ont des façons différentes de peindre l’imaginaire. De plus, une culture de l'excellence signifie que ces risques sont maintenus à un niveau de qualité élevé. Yama Sato poursuit: «Nous sommes ici pour travailler parce que nous sommes très sérieux à ce sujet. Pour ceux d'entre nous qui l'utilisent comme cet espace comme le studio qu’il est, c'est inspirant d'être dans cette pièce». Le mélange unique des cultures au sein de NBS n'a pas seulement été un apport au processus créatif des artistes, mais fait maintenant partie du processus lui-même. En parlant à Yama Sato, XLOWW a ajouté: «Tu prends toujours des chemins auxquels tu ne t'attends pas». En tant que mentor de Sato, Kamino a adopté cette approche, illustrant la culture de l'apprentissage qui reste au cœur de NBS.

NBS Studio SG2 B YF ROSE
Artistes SG2B et YF ROSE, No Bad Sound Studio, Crédit: JNL
NBS Studio variousartists
Artistes Shana, XLOWW, Dania, Dave, Boujxo et Kamino, NBS Studio, Crédit: JNL

La culture de mentorat de NBS a évolué pour adopter une pratique pour les jeunes par les jeunes, permettant à ses jeunes artistes d'être des enseignants et des mentors actifs les uns pour les autres. Yama Sato a commenté ce devoir envers le travail de ses pairs et de lui-même: «Quand l’idée de redonner est gravée dans ton cerveau, cela te fait penser à toi et à ce qui t’a été donné. Ce qui m'a été donné, c'est la liberté et j'ai l'impression que mon but est de transmettre cette liberté à quelqu'un d'autre, parce que la musique est quelque chose qui m'a aidé à parler».

À NBS, les participants peuvent s'attendre à la fois à apprendre et à enseigner. Dans la plupart des studios, dit Kamino, c'est le contraire qui est vrai. Les secrets d'un producteur deviennent sa signature sonore, quelque chose de recherché et de très apprécié. Au lieu de cela, «Si tu viens ici assez longtemps, tu n'as pas d'autre choix que d'apprendre. Tu auras envie d'apprendre», conclut Kamino.

We Out of Here
Live

Aujourd'hui, NBS produit la série We Out Here Live, qui sert de point de reconnaissance dans le processus de croissance d'un artiste. Cependant, pour bien saisir l'impact de NBS sur la scène musicale montréalaise, canadienne et internationale, j'ai établi une liste des œuvres du studio.

Lorsqu'on leur a demandé ce qu'ils voulaient que les gens sachent sur NBS, Kamino et Sato ont répondu: «Que c'est accessible» et «Que c'est un endroit pour être vous». Suivez NBS sur instagram à @nbs.studio et inscrivez-vous sur la liste d'attente pour les heures de studio à www.nbsstudio.ca

Un texte de Michael Lipset

Michael est universitaire, auteur, éducateur, artiste, producteur créatif et un chef de file du Hip-Hop. Son travail se situe à l'intersection des pédagogies artistiques critiques, de la conception libératoire des UX, du changement de l'éducation, du réengagement et de la justice sociale. Il est titulaire d'un doctorat sur le changement culturel dans les écoles de l'Université McGill et d'une maîtrise en éducation artistique de la Harvard Graduate School of Education. Il est chargé de cours au département d'études intégrées en éducation de l'Université McGill, directeur de l'impact social à la High School for Recording Arts et, depuis dix ans, il fait des recherches, gère et collabore avec des programmes de production et d'enregistrement en studio pour les jeunes dans le monde entier.

Les artistes sont présents est disponible en streaming dans son intégralité. La série de vidéos invite à découvrir une facette du portail_PHI à travers le regard des artistes ayant participé à la saison 2. Un grand merci à tous les artistes locaux et internationaux qui ont permis à leur créativité, vulnérabilité et lumière de circuler à travers le portail_PHI en 2020.

Dans cet article

Explorer

Tout explorer Tout explorer