Aller à la navigation Aller au contenu

Fondation

Emma harake header

Entretien avec Emma Haraké

  • Article
  • Fondation PHI
Par  Daniel Fiset
Emma harake 2
Photo: Daniel Fiset

Dans le cadre de son projet d’engagement public Incandescences, la Fondation PHI a invité quatre artistes à imaginer différentes interventions pour réactualiser ses archives. Pensé en lien avec l’exposition Lee Bae: UNION, Incandescences s’inspire de l’utilisation que Bae fait du charbon: une substance qui est la trace d’une combustion tout en permettant à d’autres feux de s’allumer. Chaque artiste participant·e conjugue d’ailleurs sa pratique artistique à des tâches liées à l’enseignement, à la recherche, à la médiation ou à l’administration. Ce double rôle, autant causé par un désir profond des artistes de participer activement à la constitution d’un milieu que par la nécessité d’accumuler les tâches devant la précarité de ce même milieu, évoque lui aussi le charbon – une matière dont les usages sont tout aussi pratiques que symboliques.

La troisième invitée de ce projet, Emma Haraké, a développé une pratique nourrie par la pédagogie critique et participative, concevant des projets dans lesquels elle entre en relation avec différentes communautés pour explorer nos rapports à l’histoire (et aux histoires). L’artiste œuvre comme coordonnatrice au sein du Centre de recherche sur l’histoire orale et les récits numérisés de l’Université Concordia, mais y développe également des projets en tant que membre: se conjuguent les rôles de coordination et de création, qui laissent voir le travail important de création et de négociation avec les archives qu’elle effectue au quotidien. La proposition d’Haraké, Four Texts To Listen To Your Inner Voice, croise quatre textes trouvés dans l’archive éducative de la Fondation: mis en commun, ils révèlent le croisement de l’intime et du collectif qui s’y trouve.

Emma harake 4
Photo: Daniel Fiset

Daniel Fiset: Quelles questions initiales ont guidé tes recherches dans notre archive éducative?

Emma Haraké: Je suis toujours fascinée par la façon dont les objets acquièrent une valeur, qu’elle soit archivistique, esthétique ou artistique... Cette réflexion est liée aux différences que je remarquais au sein de votre archive – certains objets semblaient dispendieux, technologiques, tandis que d’autres étaient banals, destinés à un usage plus direct, comme les éponges, les crayons, les crayons de couleur. Pourtant, ils étaient tous regroupés comme faisant partie d’une seule et même collection. Je me suis aussi intéressée à tous ces contenants, qui sont aussi des objets: boîtes de plastique ou de carton, étagères. Elles permettent de cacher des choses, de les dissimuler, tandis que d’autres sont visibles – elles montrent différentes couches de l’archive, d’une certaine manière. Enfin, j’ai également choisi de considérer le texte comme un objet en soi, qui permet d’autres formes d’accès au contenu des archives. Les archives étaient pleines de ces choses qui avaient été accumulées au fil des ans, à partir d’événements passés. C’était comme si, tout d’un coup, j’avais accès à tous ces passés. Puis, me retrouvant dans le présent, je me suis demandée: comment reconstruire le passé à partir de ce que je peux trouver dans les archives? Je voulais aborder la constitution d’une archive: que signifie cette collection d’objets si nous y avons accès, maintenant? Si les archives pouvaient parler, que diraient-elles? Comment les racontons-nous?

DF: Comment ces questions se sont-elles retrouvées dans le projet que tu as proposé pour Incandescences?

EH: J’ai commencé par de petits exercices de traçage, de modelage ou de copie d’objets – juste pour reconnaître que ce que je vais créer dans ce contexte sera nécessairement fragmentaire, partiel. Ces exercices sont devenus des interventions discrètes dans la salle d’éducation, où j’ai pu réfléchir à certaines des questions que je me posais. Une grande partie du travail a été influencée par le processus de recherche tout au long de la résidence. Par exemple, je marchais de chez moi à la Fondation tous les matins, en empruntant différents chemins. La marche est devenue un moyen de réfléchir aux textes que j’ai trouvés dans l’archive – je me suis surprise à en réciter certains pendant que je marchais vers la Fondation. J’ai créé un script pour un exercice d’écoute, invitant les gens à entrer en relation avec certains de ces textes. Je vois ce scénario comme une sorte de pièce de théâtre, qui tente de trouver la voix intérieure de quelque chose tout en interagissant avec d’autres voix. Cet exercice est étroitement lié à des questions plus larges que je me pose sur les archives – la manière dont elles articulent le passé, le présent et l’avenir, ou la manière dont elles mêlent le personnel et le collectif. Il établit un parallèle entre l’archive et la voix. Notre propre voix nous appartient. Elle est intime, personnelle, mais elle permet également une sorte de prise de parole publique, une agentivité lorsque nous l’utilisons dans certains contextes – tout comme l’archive.

DF: Comment as-tu choisi les textes à inclure dans ton projet?

EH: Je voulais absolument piquer l’intérêt du public, afin qu’il ait envie de trouver le matériel source pour poursuivre sa lecture – exception faite du dernier texte, qui ne fait qu’une phrase et qui a été inclus dans son intégralité. Cette phrase a vraiment résonné en moi et a influencé mon processus de recherche. Après avoir discuté avec toi, j’étais curieuse de connaître certains des projets sur lesquels tu avais travaillé, comme l’atelier Bâches Bleues Against Harm de Sheena Hoszko. Je me souviens que tu m’avais dit que l'atelier était situé –- c'est-à-dire qu’une partie de l'activité consistait à réfléchir à la situation géographique de la Fondation par rapport aux institutions carcérales du Québec. C’est quelque chose qui fait souvent partie de mon processus. Je commence un projet en situant où je suis par rapport à ce que je veux aborder, presque comme si je dessinais une constellation.

Il y avait aussi un désir d’explorer différentes formes, et de voir si nous pouvions effacer les distinctions entre un «texte historique» et un «dialogue». L’un des textes cite une entrevue qui faisait partie d’un cahier de lectures assemblé par l’équipe de l’Éducation, tandis que le texte de Dorothy Williams était extrait d’un livre, que je voulais lire depuis un certain temps et que j’ai trouvé par hasard dans l’archive. La section que j’ai extraite de ce livre parle d’un fait historique qui s’est produit à proximité de la Fondation, dans le Vieux-Port: l’exécution de Marie-Joseph Angélique en 1734. Lorsque nous avons demandé au Dr Williams la permission de citer le texte, elle a révélé qu’elle n’avait pas eu accès aux témoignages originaux d’Angélique. J’ai trouvé cela frappant. Au final, le projet englobait toutes ces couches de narration, qui s’imprègnent les unes des autres. Il permet de me demander: qu’est-ce qui est raconté et qu’est-ce qui est laissé de côté? Comment pouvons-nous écouter ces histoires?

Découvrez la proposition d’Emma Haraké pour Incandescences: une œuvre audio narrée par l’artiste qui vous invite à porter attention à quatre textes glanés dans l’archive éducative.

Biographie

Emma Haraké
La pratique d’enseignement, de recherche et de création d’Emma Haraké s’articule au sein d’un cadre de pédagogie publique et critique. Née et élevée à Beirut et habitant maintenant Montréal (Tio’tia:ke), Emma détient une maîtrise en enseignement des arts de l’Université. Concordia ainsi qu’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Libanaise. Son œuvre est axée sur l’histoire orale, le travail de mémoire, les récits personnels et la complexité des processus collaboratifs. Elle travaille actuellement à la conception de Mumtalakat, un projet communautaire présenté à la galerie Leonard & Bina Ellen et explorant les significations intrinsèques d’objets personnels de Montréalais arabophones. Emma est également la coordinatrice principale et médiatrice communautaire du Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia.

Pour en savoir plus sur les projets des autres artistes invité·e·s, veuillez visiter la page Web à propos du projet d’engagement public Incandescences.

Auteur: Daniel Fiset

Daniel Fiset est un travailleur culturel basé à Tiohtiá:ke/Mooniyang/Montréal. Détenteur d'un doctorat en histoire de l'art de l'Université de Montréal, il a collaboré avec de nombreuses institutions québécoises et canadiennes en arts visuels, dont OPTICA, esse arts + opinions et le Musée d'art contemporain des Laurentides. Il occupe actuellement le poste de commissaire adjoint à l'engagement à la Fondation PHI pour l'art contemporain, et a été le commissaire de l’exposition de la résidence PHI MONTRÉAL 2021.

Explorer

Marc Quinn The Selfish Gene 2007 a3 1

Fondation

Marc Quinn

5 octobre 6 janvier 2008

Réunissant plus de quarante œuvres récentes, l’exposition inaugurale de DHC/ART consacrée à l’artiste conceptuel Marc Quinn est la plus importante organisée à ce jour en Amérique du Nord et la première exposition individuelle de l’artiste au Canada

Exposition Art contemporain
Re enactments feature

Fondation

Re-constitutions

22 février 25 mai 2008

Six artistes présentent ici des œuvres qui, chacune à leur manière, remettent en scène des films, des spectacles médiatiques, des éléments puisés dans la culture populaire et, dans un cas particulier, des moments privés tirés du quotidien

Exposition Art contemporain
Nicole WILLIS L

Fondation

Sophie Calle: Prenez soin de vous

4 juillet 19 octobre 2008

Ce projet poétique, et souvent touchant, nous interpelle tous sur la relation que nous entretenons avec notre bien-aimé

Exposition Art contemporain
Gesture 01

Fondation

Christian Marclay: Replay

30 novembre 29 mars 2009

L’exposition de cet artiste de réputation internationale rassemble plusieurs œuvres vidéo spectaculaires, projetées à grande échelle et accompagnées de bandes sonores saisissantes

Exposition Art contemporain
16 Shalechet Red In Circle

Fondation

Michal Rovner: Particules de réalité

21 mai 27 septembre 2009

DHC/ART est heureuse de présenter Particules de réalité, première exposition personnelle au Canada de la célèbre artiste israélienne Michal Rovner, qui partage son temps entre New York et une ferme en Israël

Exposition Art contemporain
Survivre feature

Fondation

Survivre au temps

16 octobre 22 novembre 2009

L’exposition inaugurale de Session DHC, Survivre au temps, réunit une sélection de documents relatifs à l’œuvre One Year Performances du célèbre performeur taiwano-américain Tehching Hsieh et les films du jeune artiste néerlandais Guido van der Werve

Exposition Art contemporain
Ahtila couverture

Fondation

Eija-Liisa Ahtila: Int. Scène-Jour

29 janvier 9 mai 2010

Les installations filmiques d’Eija-Liisa Ahtila jouent avec l’idée de narration, créant des fables extraordinaires à partir d’expériences humaines ordinaires

Exposition Art contemporain
2007 For Chicago 001

Fondation

Jenny Holzer

30 juin 14 novembre 2010

Depuis plus de trente ans, l’œuvre de Jenny Holzer apparie texte et installation en vue de scruter des réalités personnelles et sociales

Exposition Art contemporain
Tout explorer Tout explorer